• Animation de Christine autour des abeilles et du miel

     

    Vote pour les incorruptibles







  • Cette semaine, la Société nautique accueille une classe de mer ouverte aux élèves qui font partie de la communauté de communes Auray Quiberon terre atlantique.

    Reportage

    Chaque jour, les élèves de l'école Sainte-Marie de Landévant font le trajet en car pour se rendre dans le port trinitain. « Nous avons eu la chance de pouvoir organiser une classe de mer ici à La Trinité-sur-Mer, port mondialement connu pour la voile. Dans notre classe qui comporte 3 niveaux avec 56 élèves, 50 d'entre eux ne connaissaient pas la voile »,résume Nicolas Jeulin, enseignant et directeur de l'école.

    Apprentissage et perfectionnement

    Cette classe de mer, d'un format original, a été rendue possible grâce au dispositif mis en place par la communauté de communes Auray Quiberon terre atlantique.

    « Il est proposé aux établissements de la communauté de communeune prise en charge à hauteur de 80 % des frais de transport, si le projet présenté se déroule à l'intérieur du périmètre de la communauté et met en oeuvre une autre commune de la communauté. C'est le cas pour nous. L'avantage, c'est que nous n'avons pas d'hébergement à prendre à notre charge », résume le directeur.

    « Cela répond à notre volonté de proposer aux enfants des communes d'Aqta de venir découvrir et bénéficier des conditions idéales d'apprentissage et de perfectionnement de la voile que notre club met à disposition », complète Antoine Croyères, président du club.

    Le groupe est divisé en deux parties. Pendant qu'un groupe apprend la navigation, l'autre se perfectionne sur la théorie de navigation, sur l'amarinage, ou encore sur la théorie de conduite d'un bateau. Pour guider les enfants sur l'eau, Frédéric Goupy, intervenant extérieur de l'école de croisière Boomari: « J'ai été retenu par l'école et j'initie les enfants à l'Optimist », explique le professionnel. Visiblement les enfants sont ravis. « C'est trop bien, même si quand le vent est fort on est moins rassuré ». Mais après les consignes, il est temps de sacrifier à la photo et de prendre la mer.

    Sur le terre-plein, à proximité immédiate du club, Gaël Bouttard, responsable formation, intervient auprès de l'autre groupe. « Il nous apprend ce matin à faire des noeuds. C'est parfois facile, parfois difficile », noteMargot. « Mais il est gentil. Enfin... sauf hier. Sur l'eau, il y a eu un coup de vent et le bateau a chaviré. Il n'était pas loin, mais quand on l'appelait il nous regardait, se rapprochait, mais nous laissait faire »complète Ninon. « Il voulait que nous apprenions. Et il avait raison », ajoute immédiatement Lise.

     
     

    Au final, tous sont ravis de cette semaine. Plusieurs des élèves voudraient revenir et poursuivre l'expérience.












  • Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires